Julie Taton : « Avec « Plaire à l'Extrême », les gens savent à quoi s'attendre. »

Source : Site Internet de Tuner.be
Date de publication : 1/12/2006

medaillon1

medaillon2En 2003, Julie Taton était sacrée « la plus jolie fille du royaume ». Le titre de Miss Belgique lui a ouvert les portes de RTL TVI. Julie s'apprête à endosser le rôle d'animatrice pour « Plaire à l'Extrême » et a accepté de répondre à nos questions.

Le 3 décembre, RTL TVI proposera un nouveau rendez-vous sur la chirurgie esthétique : « Plaire à l'Extrême ». Après « Plaire à tout Prix » diffusé le 25 octobre dernier et présenté par Marylène Bergmann, RTL remet le couvert ce dimanche avec une émission interdite aux moins de 16 ans et présentée cette fois par Julie Taton. Liposuccion, prothèses mammaires... voilà les chirurgies esthétiques les plus réalisées dans le monde ! Des techniques trop banales pour certains. Pour cette raison, RTL TVI a préparé en collaboration avec « Everlasting Prod » ce nouveau programme.

Alors Julie, que pourrons-nous voir dans ce « Plaire à l'Extrême » ?
Et bien, nous avons suivi plusieurs belges tout au long de leurs évolutions, de leurs envies, de leurs doutes avant de passer sur le billard. Les opérations que vous pourrez voir seront la rhinoplastie, le lifting du regard, la scarification, l'insertion d'objets, de bijoux sous la peau mais aussi l'allongement du sexe et la bioplastie.

Le 25 octobre dernier, RTL TVI diffusait « Plaire à tout Prix ». Qu'est-ce qui différencie « Plaire à l'Extrême » de « Plaire à tout Prix » ?
Comme le titre de l'émission l'indique, on part dans l'extrême, au-delà de la chirurgie. En fait, on ne peut pas dire que la scarification soit de la chirurgie. C'est pour cela que nous avons ouvert les portes à autre chose que de la chirurgie. Nous voulons faire comprendre aux gens que la course à la beauté peut partir dans tous les sens, qu'on peut être scalpé du visage pour un lifting, comme on peut se retrouver à suivre une mode bien particulière, en se faisant scarifier à vif des objets sous la peau. Alors on peut se poser la question : « Est-ce de la mutilation ? Est-ce que les gens réalisent franchement ce qu'ils font ? » Voilà le but de l'émission, répondre à toutes les interrogations que nous pouvons tous nous poser en voyant ces reportages. Nous voulons ouvrir les portes, briser les tabous et réaliser un débat pour que les gens se posent les questions : « Tiens j'envisage de faire un lifting du regard. Suis-je prêt ou pas ? » Avec « Plaire à l'Extrême », les gens savent ainsi à quoi s'attendre.

Quel est votre point de vue sur la chirurgie esthétique ?
Moi je suis pour à partir du moment où il y a un malaise, un complexe, où la personne ne se sent pas bien dans sa peau et a la possibilité - vu qu'on est quand même en 2006 - de pouvoir profiter de ce genre d'évolution et jouir de toutes ses techniques qui sont entrain d'aboutir et de s'améliorer jour après jour. Se sentir bien dans sa peau, je trouve cela super important. On peut prendre un autre exemple, celui de l'implant mammaire. Si une nana n'a pas de sein et qu'elle est hyper complexée. Si elle a envie d'être plus féminine et qu'elle se fait un 80B, moi je suis pour. Mais si c'est une nana qui a déjà un bonnet B et qu'elle souhaite ressembler à Pamela Anderson, je ne juge pas, ne critique pas mais je ne trouve pas cela nécessaire.

Seriez-vous tentée dans le futur de recourir à la chirurgie esthétique ?
Je n'en sais rien. C'est vrai qu'aujourd'hui à 22 ans, je me sens bien dans ma peau. Je n'y pense pas mais bon, je me dit peut être dans une vingtaine d'années... ! Je ne sais pas comment je vais évoluer, si je vais accepter les changements de mon corps, etc.... En même temps, lorsque je regarde ma maman, je ne me fais pas trop de souci car je me dis toujours que les filles ressembleront à leurs mamans donc voilà, je ne me pose pas la question pour le moment (rires). Je ne crache donc pas dans la soupe et je pars du principe qu'il n' y a que les cons qui ne changent pas d'avis.

C'est également la première fois que RTL TVI vous propose une émission de ce genre. Avez-vous accepté tout de suite ce nouveau challenge ?
Oui. Je me suis dit que la chaîne avait envie de me tester et surtout de me faire un peu confiance et voir mon évolution, etc.... Pour moi c'est clair, c'est une opportunité de prouver que j'ai envie de progresser et que je suis capable d'apprendre.

Aviez-vous regardé le premier numéro de « Plaire à tout Prix » ?
J'avais effectivement déjà regardé l'émission et j'avoue que j'avais un peu de mal à suivre les opérations. Dans le cadre de « Plaire à l'Extrême », je n'ai pas tout suivi (rires)... J'ai regardé par exemple le reportage du jeune homme de 32 ans qui a subi la rhinoplastie et le lifting du regard. Je n'ai pas pu voir l'autre opération de l'implant sous les yeux car je suis à la limite tombée dans les pommes. Après être sortie, on m'a donné du sucre et me suis retrouvée au sol les jambes en l'air ! Vous voyez le genre (rires)...

Changement de sujet à présent, la DH a annoncé dernièrement votre arrivée sur Radio Contact. Ravie de cette nouvelle aventure ?
En fait, nous sommes en train de parler avec Radio Contact pour savoir si cela va se faire ou non. Donc j'attends de voir comment cela va évoluer. C'est clair que pour l'instant, que ce soit sur Radio Contact, Bel RTL, etc.... le fait qu'on me propose ce genre de choses me fait super plaisir parce que cela bouge et c'est ce que j'attendais. J'ai juste envie d'apprendre et surtout d'évoluer.

De nombreux lecteurs de Tuner affirment que vous présenterez les matinales de Contact avec Michaël Pachen. Pouvez-vous nous le confirmer ?
Déjà Michaël Pachen est sur Bel RTL. Il n'ira donc pas sur Contact. J'ai été effectivement approchée pour participer au « Morning Mike » mais comme je vous l'ai déjà précisé, nous sommes toujours dans la phase des pourparlers. Pour le moment, rien n'est arrêté.

Parlons à présent de votre aventure en France sur M6. Que retenez-vous de cette expérience française ?
Plein de choses positives. Je dois tout de même vous avouer que cela a été une période très difficile pour moi. Cela a été 6 mois où je travaillais 7 jours sur 7 en me réveillant 4 jours par semaine à 4 heures du matin pour terminer à 18 h ! J'étais liquidée, lessivée et démoralisée parce qu'en France dans le cadre d'une émission quotidienne et en direct, on ne rigole pas. Si tu as « foiré » un lancement, si tu as un peu bafouillé, on ne tourne pas autour du pot et on te le dit clairement. A la limite, on ne te dit pas que tu feras mieux demain. On te dit juste que tu es nulle (rires). Cela a donc été super difficile car en même temps, ils étaient adorables et formaient une équipe soudée. C'est également là qu'on m'a fait prendre conscience que j'avais un potentiel et qu'il ne fallait pas que je me repose sur mes lauriers. Qu'il fallait que je me batte, que j'apprenne et j'y ai pris goût. Pendant deux voire trois ans, tout m'est tombé dessus assez facilement. Après Miss Belgique, je ne me suis pas trop cassé la tête et je me suis amusée. La couronne est venue sans que je m'y attende. Puis RTL a ouvert ses portes, je n'ai donc pas eu à me battre pour trouver du boulot et M6 est venue également me chercher. Par contre sur les six mois durant lesquels je suis restée sur la chaîne française, je me suis rendue compte que pour cette place, on n'est pas irremplaçable. Il faut se battre pour pouvoir y rester. Je savais donc que j'étais à l'antenne pour six mois, je me suis lancée, j'ai beaucoup appris et je pense que j'ai réussi. Le seul truc triste est que j'ai été un peu coupée dans mon élan car après les six mois, j'avais envie de continuer. L'aventure est donc positive.

Les portes sont-elles fermées avec M6 ?
Non elles ne sont pas fermées. C'est juste que pour le moment, il n'y a rien de transcendant et pour parler franchement, ils m'ont proposé effectivement de présenter la météo et des petits programmes sur prompteur mais je leur ai expliqué que j'avais la chance en Belgique de pouvoir progresser doucement mais sûrement, de me mettre en difficulté et de ne pas de devoir lire sur un prompteur. Pour moi le choix était fait, je n'ai pas ce besoin d'être en France pour le moment. J'ai juste envie d'apprendre un boulot correctement. Sur RTL TVI, on me propose plus que sur M6. Bref, je n'ai pas besoin de rassurer mon ego en disant à tout le monde que je suis sur M6. Je préfère me dire que je suis en Belgique, que je me bats et que j'évolue. Cela peut paraître bizarre mais j'ai actuellement ce besoin d'apprendre et c'est ma priorité principale.

Propos recueillis par Fabrice Staal