Interview RTL-TVI

Source : Skyblog sur Julie Taton
Date de publication : non précisée

A 20 ans, Julie Taton a déjà tout d'une grande. Elle officie depuis janvier sur RTL-TVI en tant que speakerine et espère bien faire un petit bout de chemin à l'avenue Ariane...

Pétillante à souhait, elle ne se laisse pas chavirer par sa nouvelle notoriété. Elle a parfois la tête dans les nuages mais garde toujours les pieds sur terre.

Elle fait le point sur son expérience télévisuelle et nous parle de son nouveau métier.
Rencontre avec une fille [presque] comme tout le monde.

- Te voilà speakerine, est-ce que ça correspond à l'image que tu te faisais du métier ?
- Oui et non... Dans le sens où il y a vraiment une ambiance hyper sympa avec toute l'équipe technique etc... Donc, je me sens vraiment bien. Avant, je pensais arriver dans un truc où j'allais être hyper stressée. C'est vrai que la pression est là mais ça va. En fait, c'est plutôt moi qui me met la pression pour justement essayer de progresser.

- Quelles sont les qualités qu'il faut avoir pour faire ce métier ? As-tu des petits conseils pratiques ? Quel est le plus difficile ?
- Pour le moment, je suis encore dans une phase d'apprentissage. Mais si je dois donner un conseil, je dirais de rester toujours concentré. En ce qui me concerne, j'ai tendance à partir au quart de tour, je pars très vite dans la rigolade. ça m'aide à décompresser, à être un peu plus relax. Mais, d'un autre côté, ceux qui sont là pour me coacher me disent que quand je rigole, les téléspectateurs ne savent pas pourquoi. Pour eux, la situation n'a donc rien de drôle. Donc, le conseil ? que je dois toujours d'ailleurs essayer d'appliquer ? c'est de rester toujours concentrée !

- As-tu déjà eu l'occasion de vivre de grands moments de télévision, qu'ils soient tristes ou gais ?
- J'ai vécu des moments assez impressionnants. J'ai participé aux élections de Miss Univers, Miss monde et Miss Europe et là, c'est vrai que c'était vraiment incroyable. Lors de Miss Europe, c'était Estelle Lefébure et Jean-Pierre Foucault qui présentaient... Il y avait aussi Arthur et son équipe de prod. etc... C'était dingue ! A côté de ça, Miss Univers, c'était impressionnant mais plutôt par le côté immense. Là, j'étais étonnée par la grandeur des choses.
En Belgique, les moments qui m'ont vraiment accrochée, c'est principalement le Télévie.

- Est-ce que tu t'es déjà « pris les pieds dans le tapis » ? (s'embrouiller en langage télé)
- C'est vrai que je n'avais jamais fait ça de ma vie, je n'avais jamais pris de cours de diction, de présentation, d'expression scénique... Donc au début, c'était vraiment impressionnant de se retrouver devant une caméra et d' y aller, de rester concentrée... C'est pas facile au début... Je t'assure que parfois, tu rigoles vraiment toute seule en te disant : " Mais qu'est-ce que je fais là ? "...
Maintenant, je me rend compte que c'est vraiment terrible dans le sens où c'est vraiment une expérience très riche !

- Une anecdote ?
- Je devais présenter le film La Planète des singes. Pendant les enregistrements, je calais. Pas moyen de dire ce titre : La Planète des singes. Je ne sais pas pourquoi mais j'avais en tête Le Silence des agneaux, rien à voir ! On en rigolait parce que pendant les enregistrements, ça ne pose pas de problème... Mais pour le direct, c'est beaucoup moins drôle ! A la fin du jeu Trio, je lance le programme de la soirée. Et j'ai commencé à dire " Le Silence... " Là, je me suis dit : " C'est trop tard Julie, tu l'as dit... " Donc j'ai continué : " Non, ce n'est pas le Silence des agneaux que nous vous proposons ce soir, mais..." Et pas moyen de me rappeler le titre du film ! C'est Diego, le régisseur, qui me l'a soufflé. D'un point de vue critique, je me dis que j'ai encore beaucoup de choses à apprendre. Mais il y a le côté sympathique qui fait que ça passe. Les gens en rigolent, tant mieux... !

- Comment aimerais- tu voir évoluer ton parcours professionnel ? Tu es plutôt carriériste ou tu préfères te laisser guider par les opportunités ?
- Un peu les deux... Même si à la base, la télévision n'était pas le métier de mes rêves, je me rends compte que ça me plait énormément ! Pourquoi ne pas monter l'échelle mais progressivement. Je n'ai pas envie de me casser la figure en allant trop vite. Je suis là depuis fin janvier, j'ai calculé : j'ai fait qu'une heure de direct en fait ! Puisque le Trio, c'est 3 minutes et j'en ai fait 20... J'ai encore le temps de voir venir et d'apprendre. Quand il y aura une opportunité, pourquoi pas... Mais, j'aimerais bien commencer petit, faire de petites capsules dans des émissions pour apprendre et puis après monter. Mais il ne faut pas aller trop vite... Si c'est pour se casser la figure... Alors doucement !